Me revoilà avec mon dernier article de l’année 2022 pour faire un bilan “mother culture” 2022. La mother culture c’est quoi ? C’est le fait de prendre du temps pour nourrir son âme, nourrir ses connaissances de maman… dans un quotidien qui nous en laisse souvent peu le temps ; un quotidien dans lequel on peut donner à nos enfants chaque minute que nous avons et oublier de prendre du temps pour continuer à grandir nous-même.

Tant que les enfants sont petits, nous sommes au diapason avec leur rythme : un rythme assez lent, et les activités sont tournées vers la maisonnée et les sorties. Mais plus ils grandissent, plus nous sentons qu’ils réclament d’autres sortes de nourritures ; des connaissances de plus en plus pointues sur notre monde. Les enfants découvrent un bon nombre de choses par eux-mêmes mais il est aussi important que nous les mettons sur les voies “des choses qui méritent d’être observées”, que nous attirions leur attention et attisions leur curiosité. Quelques mots d’esprit font souvent une sacrée différence.

La mother culture c’est donc le fait de prendre du temps pour soi mais avec cette notion d’apprentissage en arrière-plan. Charlotte Mason avait conçu un programme abondant de lectures à destination des mamans sur trois ans dont vous pourrez en apprendre plus sur Charlotte Mason France.

Mon journal de la nature

Depuis quelques temps maintenant, j’ai délaissé les activités qui occupaient mes mains au profit d’activités très stimulantes intellectuellement : la traduction des livres de Charlotte Mason et des articles pour Charlotte Mason France, la conception de programmes pédagogiques en vente sur ma boutique avec les méthodes de Charlotte Mason, la lecture des livres de Charlotte Mason et les réflexions qui en découlent dans le cadre de l’Idyll Challenge avec Charlotte Mason Poetry, mais aussi dans le cadre des vidéos en direct que nous organisons chaque mercredi sur le groupe Facebook de Charlotte Mason France. Toutes ces activités s’accompagnent de taches plus administratives liées à la gestion de deux sites internet. Je suis donc dans une phase de ma vie hyper cérébrale qui me nourrit énormément mais que je dois équilibrer avec de grandes sorties dans la nature.

C’est pour maintenir cet équilibre que le journal de la nature a pris sa place : c’est ma pause écriture et dessins au pinceau. J’ai essayé durant les années précédentes d’êtres assidues mais j’ai souvent manqué de régularité ; cette année, je suis assez fière d’être allée au bout de l’objectif que je m’étais fixée : que ce journal prenne une place dans ma vie, que noter un petit mot, dessiner quelque chose que j’ai vu soit un réflexe, une habitude. Par ailleurs, le fait de tenir avec intentionnalité mon journal m’a vraiment permis de faire progresser mes connaissances en sciences naturelles, j’ai senti que j’avais fait un bond en avant car je me suis intéressée aux plantes, aux oiseaux… avec un intérêt derrière. Je comprends d’autant plus pourquoi cet outil était conseillé par Charlotte Mason.

(Pour voir mon journal mois après mois, faites défiler les images)

Chaque mois, j’ai donc pris le temps de remplir une double-page. Je ne remplis pas mon journal à l’extérieur mais chez moi. Lorsque je suis dehors, j’utilise l’appareil photo de mon téléphone pour photographier les fleurs, les champignons et autres éléments de la nature que je veux répertorier dans mon journal. L’avantage est qu’il y a la date et que si je ne pense pas à le faire le jour-même, je peux y revenir plus tard. L’autre avantage est que je possède l’application “PlantNet” qui est très précieuse pour identifier des espèces que je ne connais pas.

Le véritable intérêt de mon journal va commencer en cette année 2023 : je vais pouvoir comparer mes identifications de 2022 avec celles de cette nouvelle année ; vérifier si les plantes sortent en même temps ou non, à quelle date certains oiseaux migrateurs seront de nouveau visibles, etc. Le journal de la nature est vraiment une base d’observation et de recherche scientifique. Le mien est encore à ses prémisses, mais j’aimerais bien un jour faire des entrées quotidiennes avec des données encore plus fines comme la météo et la température.

Mes lectures

L’autre habitude sur laquelle je me suis concentrée cette année est le fait de remettre l’objet “livre” dans ma vie et de lire vraiment et rapidement. J’écris intentionnellement le mot “rapidement” car je n’ai jamais vraiment perdu l’habitude de lire ; mais je pouvais rester sur des livres pendant vraiment très longtemps à cause de lectures trop sporadiques. Or, cette année, j’ai décidé de m’aménager un temps de lecture obligatoire avant de dormir pour lire vraiment, profondément et avancer sur des lectures qui me nourrissent.

J’ai commencé l’année 2022 avec “Anna Karénine” de Tolstoï et cela a été un déclic pour moi, j’ai voulu me mettre à la lecture de classiques de la littérature. Ce sont souvent de gros pavés qui ne se lisent pas en quelques semaines à peine, généralement je prends environ 1 mois et demi-deux mois à les terminer. En ce moment, je suis sur le premier tome des Misérables de Victor Hugo.

mother culture nos jours dorés charlotte mason

La lecture de ces livres m’a vraiment fait prendre conscience de leur haute qualité littéraire. Passer de l’autobiographie de George Sand à “La Commode aux tiroirs de couleurs” d’Olivia Ruiz m’a d’abord fait un petit choc, il a fallu que je m’habitue à une écriture plus moderne qui a été facilitée par le fait que le sujet concerne mon histoire familiale.

Comme je l’expliquais en début d’article, Charlotte Mason a conçu un programme d’éducation pour les mères que nous avons souhaité remettre au goût du jour avec l’équipe de CMF. J’ai donc mixé ces lectures de classiques avec des livres plus orientés sur l’acquisition de connaissances scientifiques, éducatives, spirituelles, etc. J’ai notamment lu “Une histoire du corps humain à l’usage de ses occupants”, “La vie secrète des arbres” et je viens de terminer “Respirer” de James Nestor qui est l’un des meilleurs livres que j’ai lu. Cela me fait de bons mix de lectures et me permet de passer d’un livre à un autre facilement en fonction de ce que j’ai envie.

Voilà où j’en suis dans ma vie de femme-mère et la façon dont je prends du temps pour moi aujourd’hui. En fait, je me rends compte que cela a toujours été important mais que, selon les années, cette façon de “continuer à grandir” avait revêtu plusieurs formes : reprise d’études, écriture d’articles pour mon blog, pratique intensive du yoga, passion pour divers sujets (la couture, le tricot, le unschooling, différentes pédagogies, la permaculture, l’alimentation, la peinture…). Je sais que j’ai toute la vie pour apprendre : me passionner pour de nouvelles choses ou retrouver de vieilles amies. Que me réservera 2023 ? Je ne le sais pas encore mais j’avance sur mon chemin, l’esprit plus ou moins tranquille selon vers quoi mes pensées vagabondent.

Je vous embrasse et vous souhaite une bonne et heureuse nouvelle année, remplie d’amour, de paix et de joie !


Pssst… et si jamais vous vous demandez quel cahier j’utilise comme journal de la nature, c’est celui-ci :